Repousser toujours plus loin les limites des tests produits


Imaginez un endroit où la température pourrait passer de - 50 degrés Celsius à une température étouffante de 50 degrés Celsius, où l'humidité relative pourrait varier entre 5 et 98 %, où le vent pourrait être inexistant puis se transformer en bourrasque violente, le tout en une seule journée.

Peut-on réellement trouver cet endroit quelque part ? Oui : chez Gore.

C'est ce que permet notre nouveau laboratoire de tests. Il est constitué d'un laboratoire de biophysique qui peut reproduire 85 à 95 % des environnements présents sur la terre, et d'un laboratoire de protection contre la chaleur et les flammes qui étudie les éléments clés de la protection contre les brûlures.

Voici une présentation de nos laboratoires et les améliorations que nous avons apportées à nos anciens procédés de test :

  • Laboratoire de biophysique :
    • Chambre climatique : munissez-vous d'une paire de lunettes de soleil avant de rentrer dans cet espace unique, où les luminaires solaires recréent la puissance du soleil, sans les rayons ultraviolets. Selon les paramètres choisis, vous aurez l'impression d'être soit sur le sommet glacial de l'Everest soit dans la  Vallée de la Mort sous une chaleur écrasante.
    • Le simulateur de pluie : À l'extérieur de la cabine, la citation d'un aventurier britannique Sir Ranulph Fiennes : « Il n'y a pas de mauvais temps, juste des vêtements inappropriés. » Grâce à ses dispositifs de test comme le simulateur de pluie, Gore peut développer des tissus appropriés, permettant de rester confortablement au sec, sous une pluie fine comme sous des trombes d'eau. Tout comme les anciens dispositifs Gore, le nouveau simulateur de pluie permet de contrôler l'imperméabilité des produits. Mais désormais, il permet également d'évaluer le confort, d'ajuster la température des précipitations et de générer des pluies balayées par le vent. « En améliorant nos laboratoires de test, nous améliorons aussi la qualité de nos produits », explique Ray Davis, collaborateur technologique chez Gore.
  • Le laboratoire de protection contre la chaleur et les flammes :
    • Le calorimètre à cône : les ingénieurs utilisent cette installation pour mesurer la génération de chaleur des tissus utilisés dans les vêtements finis, l'une des caractéristiques les plus importantes des vêtements de protection contre la chaleur et les flammes.
    • Le test sur l’énergie thermique accumulée : que se passe-t-il lorsqu'un pompier se trouve d'abord exposé à la chaleur du feu puis exposé aux flammes ? La transpiration accumulée dès la première exposition à la chaleur peut augmenter le risque de brûlures. Ce dispositif de test mesure le temps avant brûlure dans de telles circonstances.
    • Le Calorimètre à flux de combustion par pyrolyse : un nom plutôt compliqué à retenir. Appelé plus simplement PCFC, ce dispositif permet à Gore de mesurer la génération de chaleur et la carbonisation des composants utilisés dans les équipements ignifuges sur un d'échantillons de quelques milligrammes. Il permet d'identifier rapidement et de développer les matières les plus performantes.

« Nous nous engageons à réaliser les tests les plus stricts et à exploiter nos connaissances afin de développer les meilleurs produits possibles », déclare Shawn Riley, associé en charge de la technologie, chez Gore. « Plus nous comprenons les nouvelles générations de produits, plus nous sommes aptes à développer les innovations de demain. »